Auteurs francophones, Mes coups de coeur, Roman

Une bête au Paradis de Cécile Coulon

Une bête au paradis

Roman de Cécile Coulon

Éditions L’iconoclaste – août 2019

Blanche et son jeune frère Gabriel vivent avec leur grand-mère Émilienne dans une ferme isolée. Depuis le décès accidentel de leurs parents, la jeune fille s’est donnée à cœur perdu dans cette exploitation qu’ils avaient appelée « Paradis ». En plus de l’école, elle aide Émilienne et Louis l’ouvrier agricole à tenir la ferme. Adolescente, elle vit le parfait amour avec Alexandre. À la fin de leur lycée, Blanche tombe de haut quand elle apprend que son grand amour, a d’autres ambitions que celle de rester dans la région. Elle vit son départ comme un abandon.

Ce roman monte petit à petit en intensité, il nous plonge dans l’univers de personnages blessés par la vie qui essaient de survivre chacun à leur façon. Quand l’amour pointe son nez, on a l’impression que les nuages vont se dissiper, mais l’ambition et l’amour de la terre transforment ce paradis en enfer. Très beau roman, psychologie et suspens au rendez-vous dans ce monde hors du temps.

Auteurs francophones, Lectures partagées, Roman

Un dieu dans la poitrine de Philippe Krhajac

Un dieu dans la poitrine

Roman de Philippe Krhajac

Éditions Flammarion – 2018

Phérial Chpapjik, un enfant de l’assistance publique arrive à l’âge de 4 ans dans un orphelinat après un séjour à l’hôpital. Ce garçon fragile psychologiquement grandit parmi d’autres enfants au même parcours, qui s’étonnent de le voir s’évanouir quand l’émotion le dépasse. Souvent un besoin irrépressible de sortir et de s’allonger contre le sol le prend. S’en suit un placement dans une famille d’accueil, il s’attache et on le déplace, il subit sans avoir la possibilité de dire non. Phérial devient inévitablement un adolescent difficile. La rencontre avec trois femmes l’empêchera de sombrer, le théâtre lui donnera la possibilité d’apprendre à exprimer ces sentiments.

Ce premier roman de Philippe Krhajac brosse un tableau bien triste de l’enfance abandonnée. Le personnage de Phérial est touchant, il nous donne envie de nous révolter avec lui. Bringbalé par la vie, il ne plonge pas et réussit à survivre, tout comme l’auteur qui nous donne par ce récit, une leçon de vie avec une fin optimiste.

Auteurs francophones, Lectures partagées, Mes coups de coeur, Roman

Chanson douce de Leïla Slimani

Chanson douce

Roman de Leïla Slimani

Éditions folio – Décembre 2019

Éditions Gallimard – 2016

(Prix Goncourt 2016 – Grand prix des lectrices de Elle 2017 – Grand prix des lycéennes de Elle 2017)

Myriam et Paul, jeunes parents surmenés, ont besoin d’une nourrice pour garder leurs deux enfants. Louise leur est chaudement recommandée par une connaissance. Après avoir vu défiler plusieurs personnes en entretien, elle leur fait bonne impression. Au bout de quelques jours, la voyant agir avec Mila et Adam, ils conviennent tous deux qu’ils sont tombés sur la nourrice idéale. Petit à petit, Louise se rend indispensable, trop peut-être !

Dès le début de notre lecture, on comprend qu’un drame s’est déroulé dans cette famille. Ce roman psychologique nous présente un personnage sombre et complexe en la personne de la nourrice. Au fil des pages, la tension monte et l’auteur nous dévoile ce qui a amené Louise à cette extrémité, nous plongeant dans une histoire sordide.

Auteurs francophones, Dans ma bibliothèque, Roman

Salam Ouessant d’ Azouz Begag

Salam Ouessant

Roman d’Azouz Begag

Éditions Albin Michel – Avril 2012

Un père de famille, lyonnais, dont les origines algériennes se lisent sur son visage, mais qui ne connaît du pays de ses parents que les étés, choisit d’amener pour une semaine de vacances ses filles Sofia et la petite Zola sur l’île d’Ouessant, île dont un ami d’enfance lui parlait avec une immense tendresse et une grande nostalgie. Il espère beaucoup par ce séjour rétablir un lien entre lui et ses enfants que son choix de divorcer a entaché. Mais Zola et Sofia auraient préféré le soleil de l’Algérie à la pluie d’Ouessant.

Un livre émouvant; ce père, déchiré entre l’envie d’être à la hauteur des attentes de ses deux filles après son divorce et celle de se reconstruire en tant qu’homme, est touchant …

Auteurs francophones, Dans ma bibliothèque, Les nouveautés, Roman

Le répondeur de Luc Blanvillain

Le répondeur

Roman de Luc Blanvillain

Éditions Quidam éditeur – Octobre 2019

Baptiste essaie de percer en tant qu’imitateur. Dans un théâtre associatif, il vivote avec quelques imitations bien tournées qui ne déplacent pas les foules. Pourtant un jour, un de ses spectateurs vient le voir dans sa loge et Baptiste a la surprise de reconnaître son écrivain favori, le célèbre auteur Jean Chozène. Mais Chozène a une proposition étrange à lui faire, il lui demande de devenir son répondeur, ayant besoin de calme et de silence, il souhaite que Baptiste imite sa voix pour répondre aux appels incessants qu’il reçoit.

J’ai trouvé l’idée de ce roman originale, je l’ai lu avec plaisir. J’avais besoin de légèreté en cette période de confinement. Il peut nous être arrivé d’avoir besoin que notre téléphone arrête de sonner, envie de ne plus avoir de fil à la patte. Ce n’est pas le cas en ce moment où ce lien à distance est essentiel pour ne pas être isolé. Mais l’idée d’un auteur utilisant un tel subterfuge pour pouvoir écrire tranquillement m’a bien plu.

Auteurs francophones, Lectures partagées, Mes coups de coeur, Roman

Les singuliers d'Anne Percin

Les singuliers

Roman d’Anne Percin

Éditions Babel – 2016

À partir des lettres de trois personnages fictifs, Anne Percin nous transmet l’ambiance et des détails sur le quotidien des peintres installés à Pont-Aven ou au Pouldu vers la fin du XIXe siècle dont Gauguin, Émile Bernard, Meyer de Haan … Les correspondances de Hugo Boch avec son ami Tobias et sa cousine Hazel, par le travail d’Hugo nous parlent aussi de l’arrivée de la photographie dans l’art et la vie quotidienne des gens des villages. Tous trois évoquent les mouvements nouveaux en peinture, les conflits qui opposent les différents courants artistiques, le nabisme, l’impressionnisme, l’académisme. Un peintre se distingue, exceptionnel, mais inclassable : Vincent Van Gogh interpelle, mais n’est pas reconnu, on le renvoie toujours à sa folie. L’auteur offre un regard extérieur sur la relation entre Gauguin et Van Gohg.

J’ai trouvé ce livre passionnant. Il me donnerait presque envie de reprendre mes pinceaux dans cette période de confinement. La correspondance datant de 1888 à 1891 évoque la grippe espagnole et les nombreux morts qu’elle a provoqués, elle permet ainsi un parallèle avec notre situation actuelle. Peu de précautions étaient prises à l’époque, essayons de faire mieux !!!

Auteurs francophones, Lectures partagées, Roman

Charlotte de David Foenkinos

Charlotte

Roman de David Foenkinos

Éditions Gallimard – 2014

Ce roman de David Foenkinos surprend par son écriture. L’auteur a pris le parti des phrases courtes, une phrase par ligne. Il l’explique :

« Je n’arrivais pas à écrire deux phrases de suite. Je me sentais à l’arrêt à chaque point. Impossible d’avancer. C’était une sensation physique, une oppression. J’éprouvais la nécessité d’aller à la ligne pour respirer.

Alors j’ai compris qu’il fallait l’écrire ainsi. »

Ce roman raconte la vie de Charlotte Salomon, une jeune juive allemande. Cette jeune artiste talentueuse avait réussi à suivre des cours dans l’École des Beaux-Arts de Berlin malgré les nouvelles règles d’exclusion des juifs. Elle venait de tomber amoureuse quand elle a dû quitter sa famille, abandonnait ses études pour se réfugier en France auprès de ses grands-parents laissant derrière elle l’homme qu’elle aimait. Charlotte s’est réfugiée dans cette histoire d’amour par la peinture.

L’histoire de cette jeune femme est poignante. Nous rentrons dans l’histoire de cette jeune fille qui découvre l’horreur du monde et les premiers élans amoureux. Toute cette noirceur nous prend au cœur.

Auteurs francophones, BD et romans graphiques, Lectures partagées, Les nouveautés, Mes coups de coeur

Algues vertes – L’histoire interdite

Algues vertes – L’histoire interdite

Enquête de la journaliste Inès Léraud

Dessins de Pierre Van Hove

Mise en couleur par Mathilda

Éditions La revue dessinée – Delcourt

Depuis la fin des années 1980, des faits divers relatent dans les journaux la mort de plusieurs dizaines d’animaux sur des plages bretonnes couvertes d’algues vertes. Trois hommes sont décédés. Deux nombreux citoyens ont alerté sur ces accidents sans pour autant trouver des interlocuteurs qui auraient pu empêcher qu’ils ne se reproduisent. Inès Iraud a enquêté sur ces faits et la façon dont ils ont été traités par les mairies, les autorités de santé et les préfectures. Elle explique de façon concrète l’origine de cette pollution à grande échelle.

Cette bande dessinée est très documentée et permet de bien expliquer les enjeux qui se cachent derrière ces accidents, mais aussi la difficulté à sortir d’un système agricole qui a montré ses limites. J’ai apprécié le graphisme et le choix du coloriste de priviégier des teintes allant du jaune au bleu en passant par de multiples verts en lien avec le sujet.

Auteurs bretons, Auteurs francophones, Dans ma bibliothèque, De la Presqu'île de Crozon et des environs, Les nouveautés, Mes coups de coeur, Récit de voyage

Partir 66° Nord

9782344040553-001-T

Partir 66 ° Nordcropped-emonji-étoile-de-mer-6-magnifique.png

Récit de voyage de Sandrine Pierrefeu

Éditions Glénat – Mars 2020

Les Éditions Glénat éditent les chroniques d’une apprentie capitaine, Partir 66° Nord de Sandrine Pierrefeu, dans leur collection Hommes & Océans. Je vous partage cette information, car j’ai vraiment bien aimé ce récit de voyage. Je vous joins mon article précédent à son sujet.

Après avoir passé son diplôme de capitaine, Sandrine Pierrefeu rejoint l’Islande où elle retrouve Siggy propriétaire de deux voiliers. Progressivement, elle s’acclimate aux bateaux et à la navigation dans les glaces afin de prendre en charge des groupes de touristes venus découvrir l’Arctique. Cette aventurière nous offre par son récit la possibilité de naviguer dans les grands froids tout en restant au coin du feu. Avec elle, nous appareillons aux côtés de Siggy vers l’île volcan Jan Mayen à bord d’Aurora puis profitons d’une virée sur l’Artika pour nous immerger dans le quotidien des Westfjords islandais. Avec ses équipiers Jon Otto et Teresa, nous la suivons sur Aurora à la découverte du Groenland.

Partir à la découverte du Groenland crique après crique entre les icebergs et les débris de glace flottante, en suivant l’aventure de Sandrine Pierrefeu fût un véritable plaisir. Les images de son voyage à bord des voiliers Artika et Aurora aperçues lors d’une séance de cinéma qu’elle avait organisée afin de partager le film « Une année polaire » de Samuel Collardey, étaient encore dans ma mémoire. L’écriture poétique, intimiste et tendre m’a séduite. L’univers des glaces après la lecture de ce livre me tenterait … presque !!!

Vous trouverez sur le mensuel AMZER du mois d’Avril distribué par Violaine Andrieux un article sur ce beau récit de voyage de Sandrine Pierrefeu.

Article du Télégramme du mardi 13 Août 2019

Auteurs francophones, Dans ma bibliothèque, Les nouveautés, Mes coups de coeur, Roman

Oublier Klara d’Isabelle Autissier

Oublier Klara

Roman d’Isabelle Autissier

Éditions Stock – Avril 2019

Iouri installé depuis plus de vingt ans aux États-Unis a été appelé à Mourmansk en Russie, au chevet de son père mourant. Revenir auprès d’un père qui a été violent, n’est pas facile pour Iouri, mais quelque chose le pousse à revenir sur les lieux de son enfance malheureuse. Une seule chose retient le vieil homme de quitter ce monde. Cet homme rude qui a fait carrière en tant que patron de pêche voudrait savoir ce qui est arrivé à sa mère Klara arrêtée sous ses yeux et devant son père Anton, à l’époque stalinienne, alors qu’il n’était qu’un enfant. Il confie à Iouri son fils, le soin de mener l’enquête et de retrouver les traces de cette grand-mère qu’il avait fallu oublier.

Ce très beau roman d’Isabelle Autissier nous fait entrer dans la vie de trois générations marquées par le communisme. Avec beaucoup de talent, l’auteur nous plonge dans l’univers de ce peuple meurtri qui peine à regarder sa propre histoire en face.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est art-presse-isabelle-autissier-oublier-klara.jpg