Auteurs francophones, Dans ma bibliothèque, Roman

Salam Ouessant d’ Azouz Begag

Salam Ouessant

Roman d’Azouz Begag

Éditions Albin Michel – Avril 2012

Un père de famille, lyonnais, dont les origines algériennes se lisent sur son visage, mais qui ne connaît du pays de ses parents que les étés, choisit d’amener pour une semaine de vacances ses filles Sofia et la petite Zola sur l’île d’Ouessant, île dont un ami d’enfance lui parlait avec une immense tendresse et une grande nostalgie. Il espère beaucoup par ce séjour rétablir un lien entre lui et ses enfants que son choix de divorcer a entaché. Mais Zola et Sofia auraient préféré le soleil de l’Algérie à la pluie d’Ouessant.

Un livre émouvant; ce père, déchiré entre l’envie d’être à la hauteur des attentes de ses deux filles après son divorce et celle de se reconstruire en tant qu’homme, est touchant …

Auteurs francophones, Dans ma bibliothèque, Les nouveautés, Roman

Le répondeur de Luc Blanvillain

Le répondeur

Roman de Luc Blanvillain

Éditions Quidam éditeur – Octobre 2019

Baptiste essaie de percer en tant qu’imitateur. Dans un théâtre associatif, il vivote avec quelques imitations bien tournées qui ne déplacent pas les foules. Pourtant un jour, un de ses spectateurs vient le voir dans sa loge et Baptiste a la surprise de reconnaître son écrivain favori, le célèbre auteur Jean Chozène. Mais Chozène a une proposition étrange à lui faire, il lui demande de devenir son répondeur, ayant besoin de calme et de silence, il souhaite que Baptiste imite sa voix pour répondre aux appels incessants qu’il reçoit.

J’ai trouvé l’idée de ce roman originale, je l’ai lu avec plaisir. J’avais besoin de légèreté en cette période de confinement. Il peut nous être arrivé d’avoir besoin que notre téléphone arrête de sonner, envie de ne plus avoir de fil à la patte. Ce n’est pas le cas en ce moment où ce lien à distance est essentiel pour ne pas être isolé. Mais l’idée d’un auteur utilisant un tel subterfuge pour pouvoir écrire tranquillement m’a bien plu.

Auteurs bretons, Auteurs francophones, Dans ma bibliothèque, De la Presqu'île de Crozon et des environs, Les nouveautés, Mes coups de coeur, Récit de voyage

Partir 66° Nord

9782344040553-001-T

Partir 66 ° Nordcropped-emonji-étoile-de-mer-6-magnifique.png

Récit de voyage de Sandrine Pierrefeu

Éditions Glénat – Mars 2020

Les Éditions Glénat éditent les chroniques d’une apprentie capitaine, Partir 66° Nord de Sandrine Pierrefeu, dans leur collection Hommes & Océans. Je vous partage cette information, car j’ai vraiment bien aimé ce récit de voyage. Je vous joins mon article précédent à son sujet.

Après avoir passé son diplôme de capitaine, Sandrine Pierrefeu rejoint l’Islande où elle retrouve Siggy propriétaire de deux voiliers. Progressivement, elle s’acclimate aux bateaux et à la navigation dans les glaces afin de prendre en charge des groupes de touristes venus découvrir l’Arctique. Cette aventurière nous offre par son récit la possibilité de naviguer dans les grands froids tout en restant au coin du feu. Avec elle, nous appareillons aux côtés de Siggy vers l’île volcan Jan Mayen à bord d’Aurora puis profitons d’une virée sur l’Artika pour nous immerger dans le quotidien des Westfjords islandais. Avec ses équipiers Jon Otto et Teresa, nous la suivons sur Aurora à la découverte du Groenland.

Partir à la découverte du Groenland crique après crique entre les icebergs et les débris de glace flottante, en suivant l’aventure de Sandrine Pierrefeu fût un véritable plaisir. Les images de son voyage à bord des voiliers Artika et Aurora aperçues lors d’une séance de cinéma qu’elle avait organisée afin de partager le film « Une année polaire » de Samuel Collardey, étaient encore dans ma mémoire. L’écriture poétique, intimiste et tendre m’a séduite. L’univers des glaces après la lecture de ce livre me tenterait … presque !!!

Vous trouverez sur le mensuel AMZER du mois d’Avril distribué par Violaine Andrieux un article sur ce beau récit de voyage de Sandrine Pierrefeu.

Article du Télégramme du mardi 13 Août 2019

Auteurs francophones, Dans ma bibliothèque, Les nouveautés, Mes coups de coeur, Roman

Oublier Klara d’Isabelle Autissier

Oublier Klara

Roman d’Isabelle Autissier

Éditions Stock – Avril 2019

Iouri installé depuis plus de vingt ans aux États-Unis a été appelé à Mourmansk en Russie, au chevet de son père mourant. Revenir auprès d’un père qui a été violent, n’est pas facile pour Iouri, mais quelque chose le pousse à revenir sur les lieux de son enfance malheureuse. Une seule chose retient le vieil homme de quitter ce monde. Cet homme rude qui a fait carrière en tant que patron de pêche voudrait savoir ce qui est arrivé à sa mère Klara arrêtée sous ses yeux et devant son père Anton, à l’époque stalinienne, alors qu’il n’était qu’un enfant. Il confie à Iouri son fils, le soin de mener l’enquête et de retrouver les traces de cette grand-mère qu’il avait fallu oublier.

Ce très beau roman d’Isabelle Autissier nous fait entrer dans la vie de trois générations marquées par le communisme. Avec beaucoup de talent, l’auteur nous plonge dans l’univers de ce peuple meurtri qui peine à regarder sa propre histoire en face.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est art-presse-isabelle-autissier-oublier-klara.jpg
Auteurs français, Auteurs francophones, Conte, Dans ma bibliothèque, Mes coups de coeur

L’Âme du monde

L'âme du monde Frédéric Lenoir

L’Âme du monde

Conte initiatique de Frédéric Lenoir

Éditions Nil – Mai 2012cropped-emonji-étoile-de-mer-6-magnifique.png

 

Éditions Pocket – Août 2014L-ame-du-monde poche

 

Sept sages de croyances et de confessions différentes font le même songe ou perçoivent le même message subliminale, les pressant de rejoindre un monastère de Toulanka, perdu dans les montagnes tibétaines. Le vieux Lama Dorjé a fait le rêve qu’il devait recevoir au monastère 4 hommes et trois femmes ainsi qu’une jeune fille blonde. Hors Gabrielle, la philosophe néerlandaise est accompagnée de sa fille Natina. Les moines du monastère de Toulanka vivent sous l’autorité du jeune lama de douze ans, Tenzin Pema Rinpocché qui a été reconnu comme la réincarnation d’un grand maître spirituel Lama Tokden Rinpoché.

Présentant un terrible cataclysme planétaire, un rabin, une chamane, un moine catholique, une mystique hindoue, un sage taoïste, un fondateur d’une confrérie musulman, une philosophe et le lama tibétain vont se concentrer pour transmettre un message commun aux deux adolescents Natina et Tenzin. Inspirés parce ce que les philosophes de l’Antiquité appelaient « L’Âme du monde », ils vont s’appuyer sur leurs expériences personnelles et spirituelles, pour en conserver l’essentiel au delà de leurs religions et de leurs dogmes, et répondre aux questions essentielles de la vie, offrant ainsi le chemin simple et concret vers un humanisme spirituel.

Cet été, j’ai souhaité me replonger dans ce très beau livre de Frédéric Lenoir. Un livre qui fait du bien et aide à avancer, à croire en l’humanité. Je ne peux que vous le conseiller.

Auteurs francophones, Dans ma bibliothèque, Les nouveautés, Mes coups de coeur, Roman

Oublier Klara d’Isabelle Autissier

Oublier Klara Isabelle Autissier

Oublier Klara

Roman d’Isabelle Autissier

cropped-emonji-étoile-de-mer-6-magnifique.png

Éditions Stock – Avril 2019

Iouri installé depuis plus de vingt ans aux États-Unis a été appelé à Mourmansk en Russie, au chevet de son père mourant. Revenir auprès d’un père qui a été violent, n’est pas facile pour Iouri, mais quelque chose le pousse à revenir sur les lieux de son enfance malheureuse. Une seule chose retient le vieil homme de quitter ce monde. Cet homme rude qui a fait carrière en tant que patron de pêche voudrait savoir ce qui est arrivé à sa mère Klara arrêtée sous ses yeux et devant son père Anton, à l’époque stalinienne, alors qu’il n’était qu’un enfant. Il confie à Iouri son fils, le soin de mener l’enquête et de retrouver les traces de cette grand-mère qu’il avait fallu oublier.

Ce très beau roman d’Isabelle Autissier nous fait entrer dans la vie de trois générations marquées par le communisme. Avec beaucoup de talent, l’auteur nous plonge dans l’univers de ce peuple meurtri qui peine à regarder sa propre histoire en face.

Auteurs bretons, Auteurs francophones, Dans ma bibliothèque, De la Presqu'île de Crozon et des environs, Les nouveautés, Mes coups de coeur, Récit de voyage

Partir 66° Nord

 

Partir 66 ° Nord Sandrine Pierrefeu

 

Partir 66 ° Nordcropped-emonji-étoile-de-mer-6-magnifique.png

Récit de voyage de Sandrine Pierrefeu

Éditions Les Îles Maginaires – 2019

Après avoir passé son diplôme de capitaine, Sandrine Pierrefeu rejoint l’Islande où elle retrouve Siggy propriétaire de deux voiliers. Progressivement, elle s’acclimate aux bateaux et à la navigation dans les glaces afin de prendre en charge des groupes de touristes venus découvrir l’Arctique. Cette aventurière nous offre par son récit la possibilité de naviguer dans les grands froids tout en restant au coin du feu. Avec elle, nous appareillons aux côtés de Siggy vers l’île volcan Jan Mayen à bord d’Aurora puis profitons d’une virée sur l’Artika pour nous immerger dans le quotidien des Westfjords islandais. Avec ses équipiers Jon Otto et Teresa, nous la suivons sur Aurora à la découverte du Groenland.

Partir à la découverte du Groenland crique après crique entre les icebergs et les débris de glace flottante, en suivant l’aventure de Sandrine Pierrefeu fût un véritable plaisir. Les images de son voyage à bord des voiliers Artika et Aurora apperçues lors d’une séance de cinéma qu’elle avait organisée afin de partager le film « Une année polaire » de Samuel Collardey, étaient encore dans ma mémoire. L’écriture poétique, intimiste et tendre m’a séduite. L’univers des glaces après la lecture de ce livre me tenterait … presque !!!

Vous trouverez sur le mensuel AMZER du mois d’Avril distribué par Violaine Andrieux un article sur ce beau récit de voyage de Sandrine Pierrefeu.

Article du Télégramme du mardi 13 Août 2019

 

Chroniques, Coups de coeur de mes amis, Dans ma bibliothèque, Les nouveautés

Si ces messieurs pouvaient plutôt s’installer au salon …

si-ces-messieurs1

Si ces messieurs pouvaient plutôt s’installer au salon …

Chronique de l’occupation à Camaret-sur-mer

 

de Brigitte Charoy

Tome I : 1940-1943emonji étoile de mer 3 a lire avec plaisir

Éditions Notre Presqu’île

 

Jean-Michel nous fait le plaisir de partager un de ses coups de coeur :

« Un journal de bord détaillé comme le marin qui suit cap par cap, point par point son itinéraire, on vit le quotidien parfois minute par minute d’une famille camarétoise pendant l’occupation allemande durant la seconde guerre mondiale. Des petits riens, des anecdotes qui loin de l’Histoire avec un grand H nous plongent dans la réalité difficile et dangereuse de cette époque.

J’ai aimé ce récit en deux tomes pour l’originalité de sa forme, le journal et aussi pour la résonance avec ma propre histoire familiale. »

Si ces messieurs 2

 

Si ces messieurs pouvaient plutôt s’installer au salon …

Chronique de l’occupation à Camaret-sur-mer                       / Le journal de Jean Le Joly

de Brigitte Charoy

Tome II : 1944

Éditions Notre Presqu’île

Auteurs étrangers, Auteurs francophones, Dans ma bibliothèque, Les nouveautés, Roman

Les prénoms épicènes

Les prénoms épicènes

Les prénoms épicènesemonji étoile de mer 3 a lire avec plaisir

Roman d’ Amélie Nothomb

Éditions Albin Michel – Juin 2018

Quand Dominique fait la connaissance de Claude, une petite voix dans sa tête la retient de s’engager dans cette relation. Mais la prévenance, la gentillesse de son soupirant et l’effluve d’un parfum lui font oublier ces réticences, elle est alors sous son charme. Après leur mariage et leur aménagement sur Paris, Claude lui reproche rapidement de ne pas tomber enceinte. Quand leur bébé naît, le couple aux prénoms mixtes décide d’appeler leur enfant Épicène (Épicène vient du grec epikoinos, qui veut dire « possédé en commun », ce prénom est tiré du rôle-titre d’une pièce de Ben Jonson, un contemporain de Shakespeare, dont le protagoniste est un homme déguisé en femme), le plus épicène des prénoms. Mais dès sa naissance la petite comprendra que son père ne l’aime pas.

Comme dans son précédent roman, Amélie Nothomb écrit sur les rapports familiaux. L’intrigue est parfaitement menée. La perversité, l’insensibilité et l’absence de culpabilité  du père vis à vis de sa femme et de son enfant se dévoilent au fur à mesure …

J’ai été plus sensible au sujet des romans  « Frappe-moi le coeur » et  « Biographie de la faim » du même auteur.

 

Auteurs étrangers, Dans ma bibliothèque, Mes coups de coeur, Roman

Le Goût des pépins de pomme

Le goût des pépins de pomme

Le goût des pépins de pommecropped-emonji-étoile-de-mer-6-magnifique.png

Roman de Katharina Hagena

Traduit par Bernard Kreiss

Editions Anne Carrière – 2010,

Le Livre de Poche – 2011

A la mort de sa grand-mère Bertha, Iris apprend avec surprise qu’elle hérite de la maison familiale de Bootshaven au nord de l’Allemagne. Sa mère et ses deux tantes en ont l’air soulagé. Les souvenirs oubliés de ces trois générations de femmes remontent au fur à mesure qu’ Iris s’imprègne des pièces de la demeure. Va-t-elle décider de garder cette maison au lourd passé ?

J’ai adoré ce roman que j’ai pris plaisir à relire plusieurs fois. L’auteur s’exprime  avec une grande sensibilité. Mêlant poésie, tendresse, énergie, sensualité, elle évoque les souvenirs de l’adolescence d’Iris et de ses aînés. Le passé est enfoui dans les veilles pierres de cette maison, dont le jardin vit aussi fortement que ses habitantes, les évènements heureux ou douloureux qui s’y déroulent. Avant de tout oublier Bertha pouvait reconnaître aux goûts des confitures de groseilles, les bonnes ou les mauvaises années, certaines avaient un parfum bien amer …