Auteurs francophones, Lectures partagées, Roman, Témoignages et autobiographies

Mon frère

Mon frère Daniel Pennac

Mon frère

Roman « autobiographique » de Daniel Pennac

emonji étoile de mer 4 a lire absolument

Édition Gallimard

 

 

 

Pensant à son frère Bernard décédé seize mois plus tôt, Daniel Pennac ressent le besoin de relire, de monter et de jouer Bartleby de Melville. En 2017, après avoir joué la pièce de nombreuses fois, l’auteur se met à écrire sur ce frère entremêlant son adaptation de Bartleby et ses souvenirs de Bernard qu’il a l’impression de ne pas vraiment connaître mais qui a laissé dans son coeur un grand vide.

Bartleby, nouvellement embauché par un notaire, fait de la copie du lever du soleil à la fin du jour, infatigable. Mais quand le notaire lui demande de confronter ses copies avec celles de ses confrères, Bartleby répond « Je ne préférerai pas », « I would prefere not to ». Le notaire ne comprend pas ce refus …

J’ai découvert tout à la fois le roman « Bartleby le scribe » de Herman Melville (1819-1891, auteur de Moby Dick) et l’amour que Daniel Pennac ressentait pour son frère qui par certain côté, par sa timidité, sa mélancolie, ressemblait au personnage énigmatique de Bartleby. J’ai apprécié la tendresse qui se dégage de ce récit. L’attachement de l’auteur pour son frère est pour moi, similaire à celle du notaire pour son scribe, quand il cherche à comprendre l’attitude de Bartleby qui refuse la vie systématiquement.

Auteurs francophones, Lectures partagées, Les nouveautés, Roman, Témoignages et autobiographies

Les rêveurs

Les réveurs Isabelle Carré

Les rêveurs 

Roman d’Isabelle Carréemonji étoile de mer 4 a lire absolument

Éditions Grasset – Janvier 2018

Prix des lecteurs Sélection 2019

Une petite fille cherche de la part de sa mère une marque d’attention, elle se confronte à un regard de plus en plus vide. Cette mère qui enfant ou adolescente n’a pas reçu l’attention et le soutien de ses parents même dans les étapes difficiles de sa vie, se noie dans le regret de son premier amour, pourtant un homme va l’aimer malgré l’enfant quelle porte. Ensemble ils créeront un foyer dans la maison aux murs rouges où la petite fille et ses frères passeront leur enfance dans un environnement surprenant pour les visiteurs mais dont elle se souvient avec nostalgie.

Ce roman résonne comme une autobiographie, l’actrice Isabelle Carré s’est lancé dans l’écriture avec une plume poétique, une délicatesse des sentiments. Sans aigreur ni rancune, elle trace un tableau de son enfance qui lui a laissé quelques failles mais a fait sa force. Le théâtre deviendra pour elle malgré son manque d’assurance, un échappatoire, une façon de se créer d’autres vies dans lesquelles elle enfouira ses peurs venues de l’enfance  …

Ce roman d’Isabelle Carré dont j’apprécie nombre de ses films (en particulier Les émotifs anonymes et Se souvenir des belles choses ) m’a paru un peu confus au début, en raison de l’absence de chronologie et de l’utilisation volontaire du pronom personnel « elle » ou « il » pour des personnages qui ne sont pas nommés. Puis je me suis laissée prendre par son style et j’ai été très touchée par son histoire et la poésie que son enfance lui inspire.