Auteurs francophones, Lectures partagées, Roman, Témoignages et autobiographies

Mon frère

Mon frère Daniel Pennac

Mon frère

Roman « autobiographique » de Daniel Pennac

emonji étoile de mer 4 a lire absolument

Édition Gallimard

 

 

 

Pensant à son frère Bernard décédé seize mois plus tôt, Daniel Pennac ressent le besoin de relire, de monter et de jouer Bartleby de Melville. En 2017, après avoir joué la pièce de nombreuses fois, l’auteur se met à écrire sur ce frère entremêlant son adaptation de Bartleby et ses souvenirs de Bernard qu’il a l’impression de ne pas vraiment connaître mais qui a laissé dans son coeur un grand vide.

Bartleby, nouvellement embauché par un notaire, fait de la copie du lever du soleil à la fin du jour, infatigable. Mais quand le notaire lui demande de confronter ses copies avec celles de ses confrères, Bartleby répond « Je ne préférerai pas », « I would prefere not to ». Le notaire ne comprend pas ce refus …

J’ai découvert tout à la fois le roman « Bartleby le scribe » de Herman Melville (1819-1891, auteur de Moby Dick) et l’amour que Daniel Pennac ressentait pour son frère qui par certain côté, par sa timidité, sa mélancolie, ressemblait au personnage énigmatique de Bartleby. J’ai apprécié la tendresse qui se dégage de ce récit. L’attachement de l’auteur pour son frère est pour moi, similaire à celle du notaire pour son scribe, quand il cherche à comprendre l’attitude de Bartleby qui refuse la vie systématiquement.

Auteurs étrangers, Dans ma bibliothèque, Mes coups de coeur, Roman

« Les délices de Tokyo » de Durian Sukegawa

9782253070870-001-t

Les délices de Tokyocropped-emonji-étoile-de-mer-6-magnifique.png

de Durian Sukegawa

Editions Le livre de Poche

Editeur d’origine : Albin Michel

 

 

Dans sa petite boutique qui me rappelle celle de nos vendeurs de crêpes bretonnes, Sentarô s’échine à vendre ses dotayaki, sorte de petits pancakes à la pâte de haricots rouges, une spécialité japonaise. Il est bien surpris quand Tokue une vieille femme vient lui proposer ses services. Après avoir refusé sa candidature, l’insistance de Tokue et l’espoir de voir décoller ses ventes finissent par faire changer d’avis à Sentarô qui est astreint à tenir cette boutique pour rembourser ses dettes.

Entre ses deux êtres, malgré leurs différences d’âge et leurs secrets enfouis, une relation forte se crée autour de la fabrication des dotayaki .

J’ai apprécié ce roman qui parle avec poésie de la solitude, de la détresse de l’esprit et du corps,  de la honte et de la résilience. On suit avec l’eau à bouche ce roman qui nous entraîne au fil des saisons qui défilent sur les cerisiers.

Une adaptation cinématographique de ce livre de littérature japonaise, réalisée par Naomi Kawase  a été primée au festival de Cannes en 2015. Le film « Les Délices de Tokyo » a su avec justesse retranscrire l’esprit et la poésie du roman.