Auteurs étrangers, Lectures partagées, Récits

Histoire de ma mère de Yasushi Inoué

Histoire de ma mère

Récit de Yasushi Inoué

Édition Stock – La Cosmopolite – Janvier 2004

Traduction René de Ceccatty et Ryôji Nakamura

Yashushi Inoué raconte avec émotions les dernières années de vie de sa mère qui, touchée par la maladie d’Alzheimer, voit petit à petit tous ses souvenirs s’envoler. Les enfants ne nomment pas la maladie mais suivent son compte à rebours. Ils s’étonnent devant les premiers ravages. Comment l’homme avec qui elle a vécu tant d’années a-t-il pu s’effacer aussi vite? Pourquoi son esprit se fixe-t-il sur certains souvenirs ? Dans ce retour à l’enfance, quel âge croit-elle avoir ? Quand viendra leur tour de ne plus être reconnu ?

Ce récit montre sans concession le destin de cette mère qui sombre dans la sénilité. L’auteur le fait avec une écriture touchante. Ce sujet est universel. Nous craignons tous d’être touchés par cette maladie. Chacun espère ne jamais se voir effacé dans le regard de celle qui l’a mis au monde.

Auteurs étrangers, Dans ma bibliothèque, Mes coups de coeur, Roman

« Les délices de Tokyo » de Durian Sukegawa

9782253070870-001-t

Les délices de Tokyocropped-emonji-étoile-de-mer-6-magnifique.png

de Durian Sukegawa

Editions Le livre de Poche

Editeur d’origine : Albin Michel

 

 

Dans sa petite boutique qui me rappelle celle de nos vendeurs de crêpes bretonnes, Sentarô s’échine à vendre ses dotayaki, sorte de petits pancakes à la pâte de haricots rouges, une spécialité japonaise. Il est bien surpris quand Tokue une vieille femme vient lui proposer ses services. Après avoir refusé sa candidature, l’insistance de Tokue et l’espoir de voir décoller ses ventes finissent par faire changer d’avis à Sentarô qui est astreint à tenir cette boutique pour rembourser ses dettes.

Entre ses deux êtres, malgré leurs différences d’âge et leurs secrets enfouis, une relation forte se crée autour de la fabrication des dotayaki .

J’ai apprécié ce roman qui parle avec poésie de la solitude, de la détresse de l’esprit et du corps,  de la honte et de la résilience. On suit avec l’eau à bouche ce roman qui nous entraîne au fil des saisons qui défilent sur les cerisiers.

Une adaptation cinématographique de ce livre de littérature japonaise, réalisée par Naomi Kawase  a été primée au festival de Cannes en 2015. Le film « Les Délices de Tokyo » a su avec justesse retranscrire l’esprit et la poésie du roman.